Patiente au 5e jour de la pose d’une prothèse de resurfaçage de la hanche droite.
Marche avec un appui complet soulagé avec une canne béquille et montée descente des escaliers.

Macromedia Flash Player 8 est nécessaire pour lire ce fichier

La pose d'une prothèse totale de hanche


La consultation précédant la pose de la prothèse totale de hanche :

La pose d'une prothèse totale de hanche nécessite le recueil d'un certain nombre d'éléments ;
Cette première consultation se déroule suivant les phases suivantes :

1. Interrogatoire :

Il convient de s'assurer que toutes les possibilités de traitements non chirurgicaux ont été effectuées et que si ceux-ci n'ont pas abouti, alors la chirurgie est bien indiquée.
Décrire les symptômes, classiquement selon des douleurs de la hanche à la marche (douleurs dites d' « allure mécanique ») mais pouvant devenir rapidement permanentes, aussi au repos (avec une composante dite « inflammatoire ») ; l'ancienneté des symptômes ; la douleur peut réduire le « périmètre de marche » qui représente la distance parcourue sans douleur.

2. Examen clinique :

Recherche d'une inégalité de longueur des membres inférieurs. On mesure les mobilités articulaires de la hanche concernée. On apprécie la trophicité des muscles quadriceps et moyen fessier.

3. Examens complémentaires :

Essentiellement les radiographies pour confirmer le diagnostic et apprécier l'importance de l'arthrose sous la forme d'un pincement de l'interligne articulaire.
Plus rarement, un scanner ou une IRM lorsqu'il existe une ostéonécrose de la tête fémorale ou une atteinte des tissus péri-articulaires.

4. Traitements en cours :

S'assurer de la prise éventuelle d'anticoagulants pour lesquels un relais par héparine sous-cutanée devra être pris une quinzaine de jours avant l'opération.

5. Bilan à effectuer :

La consultation de pré-anesthèsie qui a pour but de définir les antécédents médicaux et chirurgicaux, la recherche d'allergie...; éventuellement, une consultation de cardiologie ; une consultation de chirurgie dentaire pour extraire tous foyers dentaires infectés avant la pose d'une prothèse totale de hanche ; un bilan sanguin, un examen d'urines.

6. Le séjour hospitalier :

L'entrée se fait la veille de l'intervention permettant de passer en revue tout le bilan.
Après l'intervention, une surveillance permanente en salle de réveil est effectuée par un personnel spécialisé et régulièrement par moi-même jusqu'au retour du patient dans sa chambre.
Un protocole d'antibiothérapie dite de « prophylaxie » (préventive) est systématiquement instauré ; de même qu'un protocole d'antalgiques efficaces est délivré.
La rééducation est débutée précocement : d'abord, la mise au fauteuil le lendemain de la pose de la prothèse totale de hanche puis la marche avec un appui soulagé avec 2 cannes béquilles dès la 48e heure ; la sortie peut s'envisager dès le 6e jour. Ces éléments constituent une moyenne préconisée, mais peuvent subir des variations selon chaque cas particulier.

7. Les suites après l'hospitalisation :

Le retour peut s'effectuer à domicile si le patient est bien entouré, s'il est relativement autonome, s'il se situe dans un site géographique où peuvent passer une infirmière et un kinésithérapeute à domicile quotidiennement...
Dans les autres cas, un retour en Centre de Rééducation est préférable.
Je travaille préférentiellement avec des Etablissements hautement spécialisés et qui disposent de places disponibles rapidement.

8. La visite de contrôle :

Elle se situe aux alentours du 45e jour après l'opération.
Elle permet d'apprécier les progrès effectués, réadapter le traitement le cas échéant, de contrôler la prothèse avec une radiographie faite avant la consultation.
Une consultation annuelle est classiquement préconisée pour la surveillance de la prothèse.